Rétromobile 2022

le retour de la fête de l’ancienne

La maison de vente aux enchères Artcurial dispersait une collection de Supercars Ferrari monégasque dont cette F40. La F50 au deuxième plan a battu le record absolu d’enchères pour ce modèle

Initialement prévu début février comme chaque année, l’événement n’a pas comme à son habitude ouvert la saison française puisqu’il s’est déroulé du 15 au 20 mars pour cause de vague Omicron. Finalement un mal pour un bien : le public a pu y assister sans aucune restriction, sans même porter de masque. Une vraie libération après deux années de contraintes.

Les organisateurs ont pu maintenir toutes les expositions prévues pour une édition résolument française. Organisé alors que la pandémie battait encore son plein, cette édition ne pouvait en effet prendre sa dimension internationale habituelle, même si quelques marchands étrangers et pas des moindres étaient au rendez-vous.

Les plus emblématiques des Gordini

L’une des principales expositions étaient consacrée aux créations d’Amédée Gordini, surnommé « le Sorcier », dont le nom a été popularisé par les Renault sportives qu’il a préparées.

Ces dernières, les Dauphine, Renault 8 et 12 étaient bien présentes mais c’est surtout sa carrière de constructeur indépendant de voitures de course qui était représentée au Salon, autour de l’impressionnant camion Laffly aux couleurs de son écurie.

On y admirait notamment son premier Spider qui remporta l’indice de performance aux 24 Heures du Mans 1937, sa barquette de sport Type 31S à six cylindres de 1954 ou encore sa Formule 1 Type 32 huit cylindres, l’un de ses derniers modèles de course.

L’exposition consacrée à Gordini est la plus importante jamais consacré au constructeur, qui n’a construit qu’une cinquantaine de voitures en son nom propre. Au premier plan, la Formule 1 type 32

 

Une vente Artcurial exceptionnelle

Juste en face de l’exposition Gordini se trouvait l’immense emplacement réservé à la maison de vente aux enchères Artcurial, qui justement proposait une Berlinette de course Gordini T18S appartenant à l’expert de la marque Christian Huet. Son palmarès comprend une participation aux 24 Heures du Mans 1950 avec rien moins que Fangio à son volant. Un exemplaire exceptionnel qui a logiquement dépassé le million d’euros lors de cette vente de plus de 130 automobiles de collection mais aussi de motos et d’objets automobilia.

Plusieurs records d’enchère ont été battus. Citons notamment les 4,161,600 millions d’euros atteints par une Ferrari F50 de 1996, qui dépasse donc désormais la F40 qui lui fût longtemps préférée par les amateurs. Parmi de multiples batailles d’enchérisseurs, les fans de Johny Hallyday se sont illustrés autour de la Harley Davidson Softail Heritage « Laura Eyes » qui a finalement atteint 470 840 €.

La Gendarmerie en vedette

Le musée de la gendarmerie compte près de 80 véhicules dont cette Peugeot 203 à la silhouette bien familière pour les automobilistes ayant connu les années 50

Le très dynamique musée de la Gendarmerie nationale a pu montrer certains de ses trésors, chacun très représentatifs de leur époque.

Aux côtés de la fameuse Renault Mégane RS d’intervention récemment retirée du service, on pouvait retrouver des silhouettes familières comme le break Peugeot 203 doté de son antenne caractéristique et le Renault Estafette, ou encore les Alpine A310 et Matra Djet des brigades d’autoroute.

Plus inhabituels, la motoneige aux couleurs de la Gendarmerie, la moto Norton d’accompagnement du Tour de France vélo et surtout l’impressionnant hélicoptère Alouette III.

 

D’incroyables véhicules présentés par Vintage Revival

Le Vintage Revival Montlhéry aura lieu cette année les 7 et 8 mai, comme tous les deux ans à Montlhéry. Ce grand raout des voitures de course d’avant-guerre est un événement d’une dimension toujours exceptionnelle qui avait un stand à sa mesure à Rétromobile.

Il y exposait des petits véhicules apparentés à la catégorie des cyclecars, ces modèles très légers créés avant-guerre pour échapper à la fiscalité.

On y découvrait ainsi le prototype Voisin de petit véhicule militaire parachutable ou ce petit cyclecar caréné unique produit par Gnome et Rhône au nom pittoresque « Castarede Special » ou encore cette reconstruction de voiture à hélice Heliox Coutant de 1910. Assurément le stand le plus déjanté du Salon.

Le Vintage Revival Montlhéry présentait une impressionnante série de véhicules étonnants comme cette reconstruction d’une voiture à hélice de 1910 Heliox Coutant de 1910

 

Les constructeurs bien présents

Renault célébrait le cinquantenaire de la Renault 5 à travers de nombreux exemplaires, notamment ce modèle Superproduction ayant couru en 1987

Rétromobile accueillait des stands de constructeurs, certes un peu moins nombreux qu’à l’habitude. Le plus remarquable était sans conteste celui de Renault, intégralement consacré au cinquantenaire de la Renault 5.

On pouvait y admirer de nombreuses variantes, depuis l’un des premiers exemplaires, dans sa livrée emblématique orange, jusqu’à une spectaculaire version de course engagée en superproduction en 1987 avec Erik Comas au volant.

Chez Lamborghini, on présentait la reconstruction à l’identique de la Countach LP400 originelle tandis que DS exposait une rare SM Opéra par Chapron.

Citons enfin la présence inhabituelle de Nissan, qui exposait un rare Patrol P60 et la fameuse 240Z.

 

Des clubs nombreux

En l’absence de certains grands marchands étrangers, une plus grande place a été accordée aux clubs de marques. Le club Austin Healey célébrait les 70 ans de la marque, le club MG les soixante ans de la MGB et le club Bugatti célébrait avec un an de retard le centenaire de la Brescia.

Comme toujours, les vendeurs de pièces, de livres et de miniatures étaient nombreux, tandis que les quelques marchands qui avaient fait le déplacement présentaient des modèles somptueux comme le britannique Kidston qui rassemblait sept exemplaires de McLaren F1, la supercar la plus recherchée de l’histoire.

Enfin une reconstruction du Fardier de Cugnot impressionnait la foule par ses volutes de vapeur tandis que le musée des blindés de Saumur exposait son char Panther. Bref, en dépit de toutes les difficultés que l’organisation a traversées, cette édition constitue un nouveau succès incontestable.

Le marchand britannique Simon Kidston a marqué les esprits avec son stand présentant une exceptionnelle réunion de sept McLaren F1, présentées dans diverses variantes y compris de compétition

Cette reconstruction à l’identique du Fardier de Cugnot de 1770 était présenté en statique mais aussi en dynamique à l’extérieur du salon

 

Autres véhicules

Artcurial a également mis en vente une collection de petites voitures de course italiennes Bandini qui ont affolé les enchères

Artcurial a également mis en vente une collection de petites voitures de course italiennes Bandini qui ont affolé les enchères. 

On pouvait croiser au détour des allées cette étonnante Peel P50 construite au début des années 60 et considérée comme la plus petite voiture au monde

On pouvait croiser au détour des allées cette étonnante Peel P50 construite au début des années 60 et considérée comme la plus petite voiture au monde.

Sur le stand du Musée de Saumur, on pouvait admirer ce Brockway QuickWay, entièrement restauré par l’association UNIVEM

Sur le stand du Musée de Saumur, on pouvait admirer ce Brockway QuickWay, entièrement restauré par l’association UNIVEM.

 

Date publication