Corps

Elle est a été produite à plus d’un million d’exemplaires, a écumé tous les circuits de la planète et continue à faire rêver les passionnés. La 911 fête ses 60 ans sans un seul signe de fatigue.

Quel collectionneur n’a pas envisagé, l’espace d’un instant, en posséder une ? La Porsche 911 est devenue une véritable icône, reconnaissable même par ceux qui ignorent l’automobile, au même titre que des modèles bien plus populaires comme la Mini ou la 2CV. Un statut rare pour une coûteuse sportive, qui n’a rien de prévisible à son lancement en septembre 1963. La remplaçante de la 356, née 901 avant que Peugeot n’impose son changement de patronyme en 911, se caractérise en effet par son architecture atypique voire contestable. Son six-cylindres à plat placé en porte-à-faux arrière instaure un déséquilibre fondamental des masses et reste un cas unique dans la production automobile mondiale. Porsche lui-même a tenté à la fin des années 70 de mettre fin à sa carrière en faveur de modèles à moteur avant plus classiques.  C’est justement cette « anomalie » de conception héritée de la Coccinelle qui lui vaut déjà l’attachement des passionnés, rompus à son comportement routier si particulier. Bien sûr, ce n’est pas là l’unique raison de son succès. Elle a construit sa légende en course, où sa silhouette s’est distinguée aussi bien en rallye qu’en endurance. Son palmarès compte un nombre incalculable de victoires parmi lesquelles celles remportées au Monte Carlo 1968, 1969 et 1970, aux 24 Heures du Mans 1979 (avec la 935) à la Targa Florio 1973 et même au Paris Dakar 1984 !  Aujourd’hui encore, sa fiabilité lui vaut de régner sans partage sur les courses historiques, au point que certains organisateurs comme Peter Auto lui ont concocté des compétitions dédiées comme Peter Auto et sa Série « 2.0 L Cup » réservée aux premiers modèles.

 

Une évolution constante

Toujours reconnaissable, la 911 n’a cessé d’évoluer depuis 1963. Si la numérotation interne 911 est restée d’actualité jusqu’en 1988, même ses 20 premières années ont été émaillées d’importants changements, à commencer par l’allongement de son châssis en 1968. En 1974, l’introduction de la Série G met fin à l’existence des premières 911 appelées rétrospectivement « Classic » mais rime avec l’arrivée de la bestiale Turbo. Cette période est aussi celle du premier cabriolet en 1982 et de la fameuse transmission G50 introduite en 1986. Proposée dans un premier temps exclusivement en quatre roues motrices, la 964 constitue une première rupture en 1988 mais aussi une fuite en avant technologique parachevée par la 993 en 1993. Le scandale arrive avec la 996 en 1997, qui reçoit le premier Flat 6 refroidi par eau, au grand désespoir des puristes. La lignée se poursuit jusqu’à aujourd’hui avec la généralisation du turbo mais toujours cette ligne si atypique. Toutes les 911 sont reconnaissables, mais aucune ne se ressemble vraiment !

Image
Vu au Tour Auto 2018, l’héritière directe de la 2.7 RS, une 2.8 RSR de 1973, qui ne fut cependant jamais proposée au grand public
Image
Fiable et comptant de nombreux spécialistes, la 911 est une des montures les plus répandues en course historique comme ici au Tour Auto

Une 911 protéiforme

Le succès commercial de la 911 et sa popularité en véhicules de collection doivent beaucoup au nombre très important de versions lancées par Porsche durant sa carrière. Elle a su jouer tour à tour le rôle de coupé grand tourisme, pistarde radicale, championne des accélérations ou de spider très exclusif. Les sensations ressenties entre un une 964 cabriolet Tiptronic et une très radicale 2.7 RS n’ont tout simplement rien à voir ! C’est d’ailleurs à partir de la RS que Porsche a commencé à jouer le jeu de l’exclusivité en proposant régulièrement des versions produites en petit nombre pour attirer les plus passionnés ou les plus sportifs. Depuis le Speedster 3.2 jusqu’aux GT2 en passant par les 993 RS, sa carrière est constellée de ces versions spéciales qui affolent aujourd’hui les enchères. Avec le temps, la gamme des 911 s’est constamment élargie, jusqu’à connaître une certaine rationalisation avec la 996, déclinée en Carrera, S, 4S, Turbo, Turbo S, GT3 et GT2. Les amateurs de la marque poussent cette recherche de l’exclusivité très loin, jusqu’à s’affronter aux enchères pour une couleur, une option ou l’une de ces fameuses préparations usine X54…

Image
C’est un graal de Porschiste : la 911 2.7 RS, version allégée présentée en 1972 pour l’homologation en groupe 4
Image
Vu au Mans Classic 2022, une 993 GT2 Evo de 1998. La 911 n’a jamais manqué une édition des 24 Heures depuis 1966
Image
Lancée en 1988, la 964 constitue le premier renouvellement à part entière de la 911. Même si elle conserve le moteur refroidi par air, elle inaugure la transmission intégrale

Des 911 à tous les prix… ou presque

La diversité de la production de la 911 est reflétée par ses prix en collection, dont la fourchette apparaît particulièrement large. Ils se stabilisent aujourd’hui après avoir atteint un sommet en 2015, mais la demande reste forte malgré l’étendue de l’offre : selon Porsche, près de 66 % des exemplaires produits sont toujours sur la route aujourd’hui, un cas rarissime pour une auto produite aussi longtemps en si grand nombre ! Aujourd’hui, la génération la plus accessible reste la 996 même si ses prix ont tendance à augmenter. On peut trouver une 3.4 pour moins de 30 000 € et espérer un tarif encore plus bas pour un modèle Tiptronic moins recherché. A l’autre extrémité du spectre, les modèles de compétition peuvent dépasser le million d’euros comme ce fut le cas récemment en juin dernier pour une 3.0 RSR de 1974 vendue 1 315 000 € par la maison Balsan. Entre ces deux extrêmes, il existe une 911 à tous les étiages de prix, en fonction de ses performances, sa rareté et bien sûr son état et sa conformité à l’origine.

Image
Vue au Tour Auto 2008, une 911 3.0 RSR, un pur modèle de compétition ayant gagné de nombreuses courses en 1974 et 1975, largement dérivée de la 2.8 RSR et de la 2.7 RS

De multiples événements commémoratifs

Pour célébrer les 60 ans de son modèle fétiche, Porsche n’a pas organisé de grande cérémonie ou de rassemblement mondial. En revanche, le constructeur a lancé une version commémorative très exclusive baptisée S/T de l’actuelle 911 proposée dans sa gamme. Les très nombreux clubs Porsche dans le monde entier ont donc pris le relais, de même que les plus grands événements consacrés à la voiture ancienne. En France, des expositions commémoratrices ont été organisées à Rétromobile, lors des Classic Days, tandis que les nombreux clubs Porsche organisés en fédération ont organisé des rassemblements régionaux et nationaux. Ils seront bien entendu au rendez-vous d’Epoqu’Auto Lyon, prévu du 10 au 12 novembre.

Image
Vue au départ du Tour Auto 2020, cette 911 T de 1967 est encore en châssis court, comme en témoigne l’emplacement de la petite trappe de barre de torsion en bas d’aile arrière
Image
La 911, comme ici cette 2.4 L Targa de 1973 vendue à la vente Artcurial du Mans Classic 2022, est devenue une habituée des ventes aux enchères, quelle que soit sa version
Image
Vue à Rétromobile en 2020, une 935 dite « Moby Dick » qui a participé aux 24 Heures du Mans 1982

 

Titre
Obtenez dès-maintenant un devis adapté à votre situation
Corps

Vous connaîtrez le prix et conditions pour une assurance collection qui correspond à vos besoins et pourrez rouler assuré dans l'heure ou à la date de votre choix.

C'est simple et sans engagement !

Obtenir un devis en 3min

Écrit par Rétro+ Publié le

Consultez nos articles similaires

Véhicules de Collection 2 mai 2024

60 ans de Ford Mustang : un mythe américain devenu universel

Lire l'article
Véhicules de Collection 10 avril 2024

Peugeot 205 GTI : les 40 ans d’un mythe français

Lire l'article
Véhicules de Collection 8 avril 2024

La magie de la restauration d'une voiture ancienne

Lire l'article
1 — 3