Corps

Après plusieurs éditions perturbées par la crise sanitaire, le Salon parisien de l’automobile ancienne Rétromobile a retrouvé en 2023 son rôle d’événement phare ouvrant la saison, ce que confirme l’affluence observée durant ces cinq jours de fête.

Après une édition 2021 annulée et un report en 2022, le plus grand Salon de l’automobile ancienne français a retrouvé ses habitudes au Palais des Expositions de la Porte de Versailles à Paris. Du 1er au 5 février, l’événement est revenu dans son espace habituel, à commencer par le prestigieux Hall 1, là même où de nombreuses éditions du Mondial de l’Auto se sont tenues. Ceux qui pouvaient craindre une désaffection du public dans cette période de grèves ont été rassurés : il y a eu foule durant les cinq jours avec 125 000 entrées, un score nettement supérieur aux deux éditions précédentes.

Top départ pour le centenaire des 24 Heures

C’est le grand anniversaire de l’année 2023 : le centenaire de la plus importante et la plus mythique des courses mondiales : les 24 heures du Mans. Son organisateur, l’ACO était naturellement présent. Aux côtés de la Chenard et Walcker identique à celle victorieuse de l’édition 1923, il exhibait la coupe spectaculaire qui sera remise au vainqueur de la prochaine édition. Deux expositions étaient également consacrées à l’épreuve. La première en célébrait les succès français sans se limiter aux victoires. Parmi la douzaine de voitures de courses présentées, figuraient aussi bien les Matra 670, Peugeot 905 que des modèles plus modestes, qui se sont notamment illustrés par des victoires de classe : Alpine A210, Rondeau Inaltera, Renault 4CV… Un autre plateau réunissait les voitures les plus innovantes qui ont couru sur le circuit Sarthois : Tracta de 1927 à traction avant, Howmett à turbine d’hélicoptère ou encore la Lola T600 de 1981, première compétitrice utilisant l’effet de sol.

Le retour des exposants internationaux

Le principal événement de cette édition était le retour des exposants étrangers, notamment les marchands britanniques, suisses et allemands, permis par la fin relative de la crise sanitaire et la reprise des échanges internationaux. Grâce à eux, le public a pu découvrir de nombreux modèles rarissimes, qui parfois n’étaient d’ailleurs pas à vendre : cela fait partie du « jeu » de ce Salon. C’est ainsi que Lukas Hüni exposait la fantastique Bucciali TAV 8-32, extraordinaire et unique limousine surbaissée à traction avant produite en 1931. On pouvait également admirer chez Simon Kidston plusieurs Ferrari uniques dont une rarissime 500 Superfast et une mythique 250 California Spider. Les marchands et maisons de vente aux enchères ont participé à la thématique des 24 Heures du Mans en exposant des compétitrices de toute catégorie : Porsche 917, Toyota Corvette, Chrysler Viper GTS-R, Aston Matin DBR9…

Honneur au VanLife

L’autre temps fort de Rétromobile était la réunion de véhicules anciens transformés, répondant à la fameuse mode du « Van Life ». On reconnaissait ainsi un attelage remarquable composé d’un cabriolet Chrysler Royal 8 et d’une caravane Hénon, une Volkswagen T3 Synchro ou encore un petit Piaggio, de quoi montrer que ce mode de vie est compatible avec toute taille de véhicule. La palme de l’originalité revient cependant à l’extraordinaire « Ultravan », camping-car américain monocoque conçu durant les années 60 par un ingénieur aéronautique qui a repris les procédés de fabrication de sa discipline. Le public a également pu échanger avec certains des propriétaires de ces véhicules, avides de partager leur expérience de voyages et conseiller les candidats à l’aventure.

Image
L’anniversaire du combi est passé, mais Volkswagen continue à le célébrer pour appuyer le lancement de son nouvel utilitaire électrique
Image
Parmi les véhicules de l’exposition Van Life, l’étonnant Ultravan construit à quelques centaines d’exemplaire aux Etats-Unis à partir du début des années 60

Une vente aux enchères exceptionnelle

Artcurial Motorcars tient habituellement sa plus grosse vente de l’année à Rétromobile et l’édition 2023 n’a pas dérogé à la règle. Ce sont en effet près de 230 voitures qui ont été proposées aux enchérisseurs dont une tête d’affiche, une des 32 Ferrari 250 LM construites. Si elle n’a pas atteint une enchère suffisante (la plus importante était de 20 millions d’euros), d’autres modèles du cheval cabré ont réalisé de gros prix : Une F40 a ainsi trouvé preneur pour 2.216.800 €, une 340 America Barchetta Touring a obtenu 5.706.300 € tandis qu’une 250 GT Lusso a changé de main pour 1.702.000 €. Au total, 75 % des lots ont trouvé preneur pour un total de 35,5 millions d’euros (pour information, la semaine dernière plus de 1900 véhicules ont trouvé preneur pour un total de 184.2 millions de dollars lors de la vente Barrett-Jackson).

Image
La Star de la vente Artcurial, la Ferrari 250 LM n’a pas trouvé preneur mais a fait couler beaucoup d’encre

Des constructeurs très présents

Les constructeurs, pressés de faire connaître leur patrimoine, étaient nettement plus nombreux au Salon qu’en 2022. Comme toujours Renault s’offrait l’un des stands plus importants avec deux thèmes principaux d’exposition : les 30 ans de la Renault Twingo représentées par plusieurs exemplaires du premier millésime et une mise en avant du Retrofit grâce notamment à des Renault 4 et Renault 5 devenues électriques. Chez Volkswagen, on célébrait à nouveau le Combi représenté par plusieurs exemplaires de la collection du constructeur. On pouvait également admirer une Lancia 037 de Rallye chez FCA Heritage et, chez Citroën, une rare CX Prestige et l’unique et révolutionnaire étude C10 réalisée par André Lefevbre, l’ingénieur génial de la marque en 1956. Le succès de cette édition de Rétromobile augure d’une belle saison 2023 pour le monde de l’ancienne, tandis que les dates de la prochaine édition sont déjà connues : ce sera du 31 janvier au 4 février 2024.

Image
Chez Renault on croit tellement au rétrofit que la moitié de son stand y était consacré avec au premier plan une Twingo 1 électrifiée
Image
Ce concept-car Reinastella de voiture du futur réalisé par Renault en 1991 a été adjugée 60 000 € chez Artcurial Motorcars

 

 

Titre
Obtenez dès-maintenant un devis adapté à votre situation
Corps

Vous connaîtrez le prix et conditions pour une assurance collection qui correspond à vos besoins et pourrez rouler assuré dans l'heure ou à la date de votre choix.

C'est simple et sans engagement !

Obtenir un devis en 3min

Écrit par Rétro+ Publié le

Consultez nos articles similaires

Véhicules de Collection 7 juin 2024

90 ans de Citroën Traction : toujours bien vivante

Lire l'article
Véhicules de Collection 6 juin 2024

Une étape de légende pour le Tour Auto 2024

Lire l'article
Actualités 6 juin 2024

"J’ai vu ma Porsche disparaître sous l’eau"

Lire l'article
1 — 3