Crit’Air et voitures de collection

Vers une exemption généralisée

Voiture de Collection en ville

ZFE - Voiture de Collection dans les villes françaises

L’avènement des Zones à Faibles Émissions va s’accélérer en 2023 et 2024

Malgré la crise énergétique et la pénurie de voitures neuves, les collectivités locales et le gouvernement ne semblent pas être prêts à revenir sur leur décision de mettre en œuvre les ZFE sur le territoire français. Fin 2022, elles étaient déjà onze en application dans notre pays, dans le Grand Paris, à Aix-Marseille, Grenoble, Lyon, Montpellier, Nice, Rouen, Reims, Saint-Étienne, Strasbourg, Toulouse. Ce n’est qu’un début puisque à l’horizon 2024, ce sont 45 agglomérations de plus de 150 000 habitants qui devront avoir mis en place des restrictions de circulation. À la fin 2022, les projets étaient très avancés à Arras, Clermont-Ferrand, le Grand Annecy, le Grand Nancy, Fort de France, La Rochelle, Lille, Toulon et la Vallée de l’Arve. L’objectif est bien entendu de réduire la pollution dans les villes françaises et se mettre en conformité avec la réglementation européenne, alors que la France a été plusieurs fois condamnée par la justice à ce sujet y compris le 17 octobre dernier par le Conseil d’État.

Une interdiction permanente en région

Si les contraintes imposées aux automobilistes et leur calendrier d’application restent très hétéroclites selon les zones, elles dessinent un avenir sombre à courte échéances pour les utilisateurs de véhicules anciens. Pour rappel, tous les véhicules produits avant 1998 hormis les électriques et ceux carburant au GPL ne bénéficient d’aucune vignette et sont donc réputés interdits de circulation à terme dans toutes les ZFE. Une perspective qui frappe en apparence de plein fouet les collectionneurs, dont les véhicules sont par définition plus âgés. Elle apparaît d’autant plus négative que dans la plupart des cas, l’interdiction est permanente, sept jours sur sept, alors qu’elle est limitée aux jours de semaine dans le Grand Paris et entre 8 h et 20 h. Heureusement, la Fédération Française des Véhicules d’Époque a défendu avec acharnement les collectionneurs auprès des pouvoirs publics et obtenu des résultats probants. A l’heure actuelle, une exemption est prévue dans toutes les ZFE concernées pour les véhicules de collection sur le modèle de ce qui était déjà appliqué à Paris depuis les premières restrictions imposées en 2015. Mieux encore, ce régime dérogatoire a été encouragé par le ministre des Transports, qui a envoyé un courrier dans ce sens aux présidents des agglomérations concernées fin 2021. L’argumentation développée auprès des pouvoirs publics par la FFVE pour parvenir à ce résultat a mis en avant le faible nombre des véhicules de collection, leur kilométrage annuel très bas et leur contribution au patrimoine industriel. À suivre…

 

Date publication